Hôtellerie, restauration

Les métiers et l'emploi dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration

Publication : 23 novembre 2022

Dans les cuisines d'un restaurant ou les étages d'un hôtel, derrière le comptoir d'un bar ou dans une cafétéria, des professionnels s'activent pour cuisiner des plats, accueillir et servir les clients, satisfaire leurs demandes et veiller à leur confort. Des métiers qui exigent sens du service, rigueur, mobilité, ainsi qu’une bonne condition physique. Et surtout qui recrutent.
Préparation d'une chambre à l'hôtel restaurant de la demeure du lac à Fontainebleau

Un secteur qui redémarre

900 000 personnes exercent un métier du secteur, dont 75 % dans la restauration. C’est la restauration dite «commerciale» qui emploie la grande majeure partie des salariés, avec ses tables gastronomiques, ses restaurants traditionnels, ses brasseries, ses cafés-restaurants… Si la restauration rapide gagne du terrain, la majeure partie des établissements restent des petites structures de moins de 10 salariés. De son côté, le parc hôtelier français emploie 160 000 salariés. Il est composé pour la plupart de petits hôtels indépendants, souvent familiaux, mais compte aussi des chaînes, des clubs de vacances et l’hébergement de plein air (campings). Si l’hôtellerie-restauration a souffert de la crise sanitaire en 2020 et 2021, la reprise du tourisme en 2022 laisse présager une embellie. Néanmoins, les entreprises souffrent toujours d’un manque important de main-d’œuvre.

Des métiers en tension

100 000 salariés manqueraient en effet au secteur aujourd’hui. Les professionnels les plus recherchés sont ceux de la cuisine (chefs de cuisine, chefs de partie, commis de cuisine, plongeurs…) et du service (serveurs, chefs de rang, responsables de salle…). Côté hôtellerie, les besoins sont nombreux dans les fonctions d’accueil (réceptionnistes, concierges…) et du côté des employés d’étage (gouvernantes, femmes de chambre…). Dans un contexte de forte concurrence, les profils commerciaux et les experts du contrôle des coûts (revenue managers, économes, contrôleurs de gestion…) sont également prisés des hôteliers. Autres profils en pénurie ? Les managers et cadres de direction (directeurs d’hôtels, adjoints de direction…).