Partir en stage à l'étranger

Stage encadré ou hors programme, ce que vous devez savoir

Publication : 27 décembre 2021

Qu'il soit réalisé dans le cadre de votre formation ou le fruit d'une initiative personnelle, un stage à l'étranger offrira un vrai coup de pouce à votre CV lorsque vous serez à la recherche de votre premier emploi. 3 entreprises sur 4 apprécient les candidats qui ont vu du pays.

Stage dans le cadre de votre formation

De plus en plus de formations imposent ou encouragent leurs étudiants à effectuer un stage à l'étranger. Les possibilités se sont accrues grâce à la mobilité au sein de l'Union européenne et la signature régulière d'accords bilatéraux avec d'autres pays dans le monde. Les partenariats entre établissements et les programmes d'échange pour effectuer des stages sont très nombreux et la demande de plus en plus importante.

Le plus tôt possible, parlez de votre projet de stage à l'étranger avec votre responsable de formation ainsi qu'au service de relations internationales et/ou au bureau des stages de votre école ou de votre université. Ils pourront vous indiquer les opportunités et vous expliquer les démarches à suivre et le calendrier à respecter.

Attention, c'est à vous de trouver une entreprise d'accueil. Consultez la page dédiée aux stages en Europe du site Euroguidance, rapprochez-vous d’organismes comme l’OFAJ, l’OFQJ, qui proposent des banques de stages ou explorez la base de données Erasmusintern du réseau des étudiants Erasmus.

Le point sur les conventions de stage

  • si le stage est obligatoire dans le cadre de votre formation, une convention tripartite devra être signée entre l'établissement de formation, le stagiaire et l'entreprise, comme pour un stage en France. Elle définit les missions, la durée, les conditions, la gratification éventuelle et le régime de protection sociale.
  • si le stage est facultatif, il est possible d'obtenir une convention de stage comme pour un stage obligatoire sous certaines conditions.

Stage hors cursus

En France, le stage est très encadré et nécessite la signature d’une convention entre le stagiaire, l’entreprise et l’école ou le centre de formation. Certains pays n’ont pas ce même type de règlementation, il peut être possible d’envisager un stage hors cursus, qui s’apparente alors plus à un emploi. Il reste néanmoins important d’avoir une convention ou un contrat signé entre l’étudiant et l’entreprise. Renseignez-vous en amont sur la législation du stage.

Hors cursus, en revanche, vous ne pouvez pas forcément bénéficier de votre statut d'étudiant et ne pourrez pas non plus, dans ce cas, prétendre aux aides financières associées à ce statut. Il est recommandé de vous renseigner sur la législation en vigueur dans le pays notamment en cas de maladie et d'accident du travail. La plupart du temps, on vous demandera de prendre une assurance complémentaire et une mutuelle.

Stages "clé en main" : soyez vigilant

Des organismes privés proposent des stages à l'étranger "tout inclus" : soyez vigilants, certains sont très sérieux, d'autres... peu scrupuleux. Vérifiez si l'organisme est certifié par l'Afnor (association française de normalisation) ou agréé auprès de L'Office (Office national de garantie des séjours et stages linguistiques) ou encore par l'Unosel (Union nationale des organisations de séjours éducatifs, linguistiques et de formation en langues). Examinez scrupuleusement les clauses du contrat et privilégiez les agences qui ont des correspondants sur place.

En Europe ou à l'international : les alternatives au stage

Pour une première expérience professionnelle à l'étranger, pensez aux alternatives telles que le volontariat international, le corps européen de solidarité, le PVT (programme vacances travail) ou encore à une année de césure.