gestionnaire de portefeuille

Ce professionnel gère des fonds de placement (d’un investisseur ou d’une institution) en vue d’en optimiser la valorisation, en effectuant des placements opportuns dans le cadre d’une stratégie déterminée au préalable.

  • Niveau d’accès : bac + 5
  • Salaire débutant : 2500 €
  • Statut(s) : salarié
  • Synonymes : gérant(e) de titres, gestionnaire de fonds
  • Secteur(s) professionnel(s) : Banque – Assurances – Immobilier


Le métier
 Nature du travail

Optimiser les placements

Le gestionnaire de portefeuille fait fructifier, en toute sécurité, des produits (SICAV, actions, obligations…) ou des marchés pour un client. Ce dernier peut être un investisseur privé ou encore l’entreprise, la banque, la compagnie d’assurances dans laquelle il travaille.

Avant d’acheter ou de vendre, il s’informe et se documente sur la vie des sociétés et l’évolution de la Bourse, directement auprès des analystes financiers, ou en consultant des banques de données, la presse spécialisée…

S’appuyer sur des analyses

Il participe à la discussion des orientations (vendre, acheter, à quel taux…) en tenant compte des finalités des portefeuilles, des contraintes réglementaires et des meilleures opportunités d’investissement mises en évidence par l’analyse financière.

Acheter ou vendre

Décideur, le gestionnaire de portefeuille gère directement, choisit les valeurs et les quotités (parts) à acheter ou à vendre, passe des ordres d’achat ou de vente et en suit l’exécution.

 Compètences requises

Gestionnaire et commercial

Des compétences théoriques approfondies sont indispensables en économie, en mathématiques, en gestion, en connaissance technique des produits financiers, en comptabilité et en droit. Bon commercial, le gestionnaire doit aussi posséder le sens du marché. La rigueur, la précision et l’honnêteté sont également nécessaires. Une certaine rapidité dans les prises de décision et la capacité d’anticipation sont essentielles.

Bilingue et curieux

Enfin, ce professionnel doit maîtriser au moins une langue étrangère (en particulier l’anglais) et l’outil informatique. Toujours à l’affût d’informations, cet esprit curieux sait s’adapter aux évolutions techniques et réglementaires. Il a du flair et une certaine habileté à nouer des relations utiles.

Où l'exercer ?
 Lieux d’exercice et statuts

Surtout en milieu financier

Le gestionnaire de portefeuille exerce principalement dans les milieux financiers : compagnies d’assurances, banques de dépôt ou d’affaires et leurs filiales spécialisées, grandes entreprises, sociétés de Bourse, Caisse des dépôts et consignations, sociétés de gestion privées et autres sociétés financi­ères, intermédiaires étrangers…

Surtout dans un bureau

Ce professionnel travaille dans une salle de marché, au sein d’une équipe ayant la même spécialité, en contact avec les analystes financiers et les traders. Il est le plus souvent sédentaire, mais peut se déplacer pour visiter des agences et des clients.

Surtout spécialisé

Le gestionnaire de portefeuille est généralement spécialisé sur un type d’investissement (court ou long terme), de stratégie (protection du patrimoine ou recherche du gain maximum), de produits (actions, obligations…) ou encore de marché (France, Europe, Amérique du Nord…).

Plus ou moins en autonomie

Le gestionnaire junior gère un (ou des) portefeuille(s). Il en a la responsabilité entière mais sous le contrôle d’un spécialiste du domaine.

Carrière

Salaire

Salaire du débutant

De 2500 à 5000 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Des postes à prendre

Avec plus de 400 000 collaborateurs, le secteur bancaire est l’un des premiers employeurs privés. Et son dynamisme n’est pas prêt de se tarir. Pas moins de 40 000 embauches (tous métiers confondus) sont prévues jusqu’en 2008 pour remplacer les très nombreux départs en retraite. Néanmoins, une expérience de quelques années, notamment en analyse financière, est recommandée pour occuper immédiatement un poste de gestionnaire de portefeuille.

Choisir une autre fonction financière

Plutôt qu’un métier, la gestion de portefeuille est une fonction exercée dans le secteur de la banque et de la finance. Le gestionnaire peut s’orienter vers une autre des fonctions financières.

Devenir manager

Le gestionnaire peut encore devenir manager. Il encadre alors une équipe, organise et répartit les rôles de chacun, procède aux recrutements et aux formations nécessaires, anime les réunions, élabore les stratégies globales…

Accès
 Accès au métier

Le métier s’adresse à des spécialistes de la finance, titulaires d’un diplôme de niveau bac + 5 au moins (diplôme d’école de commerce et de gestion, diplôme d’ingénieur, master pro, mastère spécialisé…).

Niveau bac + 5 et plus
  • Diplôme d’école supérieure de commerce et de gestion spécialisé en finance de marché…
  • Diplôme d’ingénieur spécialisé en finance de marché…
  • Diplôme de statisticien économiste de l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE) ;
  • Diplôme d’institut d’études politiques, spécialisé en finance ;
  • Masters pro sciences économiques, mention monnaie, banque, marchés financiers, spécialité métiers bancaires et gestion de portefeuille ; gestion, mention finance, spécialité gestion d’actifs ; droit, économie, gestion, mention banque, finance assurance, spécialité ingénierie financière et des marchés ; droit, économie, gestion, mention finance, spécialité management des opérations de marchés…
  • Masters recherche droit, économie, gestion, mention finance, spécialité finance de marché ; mention économie et finance, spécialité banques : risques et marchés…
  • Mastères spécialisés analyse financière internationale ; banque et ingénierie financière ; finance de marché et gestion de patrimoine ; ingénierie financière…
En savoir plus
 Témoignages

Cathy, gestionnaire de portefeuille
Faire du sur-mesure

« Chaque banque a développé ses produits. C’est ensuite au gestionnaire de portefeuille de les proposer dans l’intérêt des clients. À moi de trouver celui qui sera adapté à leurs besoins. C’est essentiel, car le monde bancaire ou financier ressemble souvent à une jungle pour les non-initiés. D’où l’intérêt d’installer une relation de confiance sur la durée. D’ailleurs, les clients avouent ne pas aimer les changements trop fréquents de leur professionnel de référence. »

(08/07/2008)

 publication Onisep

Banque, finance et assurances
collection Parcours, Onisep
parution 2013